Don Det

Notre arrivée au Laos s’est faite en fanfare, ou plutôt en criant. Après avoir passé avec brio le poste cambodgien en ayant refusé le paiement du dollar de bakchich coutumier c’est sûr de nous que nous abordions le deuxième test, celui du poste laotien. Cette fois pourtant, sans ce petit plus, cette petite morsure habituelle de douanier véreux, on s’est vu refusé le tampon d’entrée… et balancé nos passeports à la figure. L’un d’eux a malgré tout fini par céder en échange de nos derniers khmères cambodgiens (victoire : la somme représentait moins des deux dollars !). Bref, on entrait au Laos sur un malentendu.

Heureusement, nos autres contacts ont été plus chaleureux (bien plus qu’au Cambodge d’ailleurs). Notre première étape sur l’une des « 4000 îles » du Mékong, tout au sud du pays, à Don Det s’est avéré être un véritable coin de paradis. Il règne sur cet archipel une douceur de vivre exceptionnelle, que l’on n’avait jamais ressenti à ce point là ailleurs : pas de voitures, peu de monde, des huttes en bois pour dormir, quelques restos… et c’est tout. Le paysage est de toute beauté, des centaines d’îles semblent pousser du Mékong dans lequel on peut se baigner (il y a même des plages !). On s’y balade surtout en vélo (même si on a dû passer le délicat test du transport de la VanVan sur cette île). On y était merveilleusement bien.

On a ensuite mis le cap vers le Nord. Tout d’abord vers le plateau du Boloven, surtout connu pour ses (quelques) plantations de café. On s’en souviendra malheureusement surtout parce que nous y avons fait une nouvelle chute : on roulait sur une piste, Nico a un peu trop freiné en voyant un trou. Sur ce genre de route, ça ne pardonne pas : on a glissé… Mal au genou pour Johanne, à l’épaule pour Nico et la direction de la moto était un peu tordue. On a quand même réussi à repartir et à rouler 500 km avant d’atteindre la capitale, preuve que ce n’était pas très grave.
La douceur de la capitale Vientiane nous a ensuite permis de nous reposer et de remettre la VanVan complètement à niveau grâce à un semi-miracle : un français, Jules, loue des VanVan au Laos ! et il a donc toutes les pièces qui vont avec à disposition. On n’a donc pas hésité : pneu avant, embrayage, kit-chaine, renforcement du porte-bagage, redressage du guidon y sont passés.

Rejoins par une amie (Marion) et des joyeux voyageurs Français (Maïté, David et Joachim), nous avons passé un nouvel an des plus festifs dans Vientiane pourtant si calme en journée. Enceintes dans la rue, repas-beuveries improvisés par des Laotiens spontanés et accueillants, on n’en demandait pas tant !

On a maintenant mis le cap vers le Nord du Laos avec… une VanVan de plus ! louée chez Jules bien sûr. Johanne en a pris le guidon, pour son plus grand plaisir (et un brin de stress), c’est une 200cm3 avec deux énormes roues pleines (vu que ce sont deux roues arrières), on ne passe pas inaperçu avec cette « MadVanVan » !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...