TukTuk à Georgetown - Penang

Notre passage en Malaisie a été assez expéditif. Nous avons surtout vu 3 villes (Georgetown, Kuala Lumpur et Melaka), des autoroutes à l’européenne et des champs de palmiers à perte de vue (la Malaisie est le premier producteur d’huile de palme). Plus le temps ni pour les îles paradisiaques ni pour les expéditions dans la jungle.

On retiendra tout de même une très grande mixité : pas une ville sans son Chinatown, son « Little India », son quartier colonial (surtout Britanniques mais aussi Portugais ou Hollandais de temps en temps) et son inévitable mall flambant neuf. Ce « melting pot » se retrouve notamment dans la cuisine où on mange souvent des plats d’inspiration indienne avec quelques éléments chinois et vice-versa ! Du coup, difficile de cerner une véritable « identité nationale » Malaisienne.
Le symbole du pays, les tours jumelles Petronas méritent bien leur notoriété, surtout de nuit quand elles se détachent finement du ciel de Kuala Lumpur. On a d’ailleurs eu l’impression de tourner un peu trop autour pour accomplir les procédures de la toute proche ambassade d’Australie en vue de l’obtention de notre « working holiday visa ».

Melaka est la ville historique du pays, tout le monde ou presque a cherché à y laisser son empreinte : les Portugais, les Hollandais puis les Britanniques l’ont colonisé tour à tour. Cependant, le plus intéressant est finalement le quartier chinois où les immigrés, riches marchands, ont construit des bâtiments mêlant toutes ces influences dans un style assez exubérant qualifié de « Baroque Chinois ».

Quand à l’atmosphère portuaire de Georgetown (ou Penang), elle nous avait beaucoup séduit lors de notre première étape. Nous l’avons beaucoup moins aimé lorsque nous avons appris, une fois arrivé tout au sud du pays, que nous devions y retourner pour pouvoir transporter la moto en bateau vers l’Indonésie. Notre plan initial était de passer par Singapour mais les ferries vers l’Indonésie n’acceptaient que des passagers.
Déjà pas en avance sur notre planning, en remontant vers le Nord, on a tenté notre chance au « kargo complex » de l’aéroport de Kuala Lumpur. Et là, quelle n’a pas été notre surprise quand en 4 heures, notre moto était prête à embarquer telle quelle pour Jakarta (pas d’agent, pas de caisse, pas de palette cette fois-ci !). De notre côté, on passait notre dernière nuit en Malaisie au sympathique KLCC, le terminal low cost de l’aéroport de Kuala Lumpur avant de rejoindre l’Indonésie.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...