Melbourne lane

Pour rejoindre Melbourne depuis Sydney, on a eu le droit à une route jalonnée de longues plages désertes aux alentours sauvages. En s’arrêtant dans le parc national du « Promontory » à la tombée du jour, on a même eu l’impression d’avoir été attendu par des hordes de kangourous peu farouches ! (chose en fait assez rare…)

Melbourne est la deuxième ville Australienne, éternelle rivale de Sydney. Pourtant, au premier abord, il est plus dur de s’extasier sur Melbourne que sur Sydney. On y arrive vierge de toute image, on n’en attend rien de particulier. Malgré tout, on était tout de même complètement enthousiaste à l’idée de découvrir cette ville, la plus européenne de l’Australie nous avait-on prévenus. Pourtant, ce côté européen n’est pas si évident au premier abord. On n’échappe pas à tous les clichés d’une ville du « Nouveau Monde » : plan en damier, gratte-ciel et larges avenues. Mais, petit à petit, on commence à ressentir ici une ambiance plus sophistiquée, plus intime et culturelle qu’à Sydney : style vestimentaire des habitants, vieux trams, cyclistes omniprésents, cafés partout et surtout les fameuses « lanes », ces petits passages creusés entre les buildings. Pas d’océan ni de surfeurs par contre, la ville a tourné le dos à la côte pourtant très proche, préférant se construire autour de la rivière Yarra. Bref, on a finalement eu l’impression que contrairement à Sydney, Melbourne s’apprécie dans la longueur…

Poursuivant notre itinéraire par la spectaculaire Great Ocean Road, nous avons fini notre parcours dans la région par la visite de l’ex ville minière de Ballarat, une des villes « historiques » la mieux conservée d’Australie. Ambiance Ruée vers l’Or garantie, même si tout ça est maintenant restauré et policé à l’Australienne… Cependant, la reconstitution de l’ancien village aurifère de Sovereign Hill qui nous faisait redouter un Disneyland historique, était excellente et plus vraie que nature.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...