Banc sur Mars

Après avoir goûté à la côté Est Australienne, le parfum plus sauvage et âpre du centre de l’Outback nous manquait. Des étendues désertiques à pertes de vues, une ambiance à moitié western et des paysages de science-fiction permettent en effet de se sentir « Ailleurs ». En VanVan, nous étions passé plus au Nord du fameux cœur Rouge australien, celui du symbolique Ayer’s Rock ou Uluru en aborigène. Cette fois, c’était le but d’une étape en famille et sans moto. Et en ce qui concerne le « rouge » promis, on a d’ailleurs été servi ; cette couleur éclatante vient en fait du fer contenu dans la terre, devenue rouge en rouillant.

Et Ayer’s Rock alors ? En arrivant d’Alice Springs (tout de même à plus de 500 kms du « rocher »), 30-40 kms avant, on aperçoit cette fameuse masse de pierre surgie de nulle part comme un iceberg. Nous avons pris la peine de nous garer au « parking du coucher de soleil » (toujours cette organisation australienne qui vous permet d’éviter toute aventure). Malgré tout ce folklore, il faut avouer que le rocher garde quelque chose d’exceptionnel : les tons changeants du crépuscule lui donnent des côtés vraiment surnaturels. Tout prêt (c’est-à-dire à 60kms), se tiennent aussi d’autres masses rocheuses étonnantes, les moins connues mais tout aussi spectaculaires Monts Olgas ou Kata Tjuta. On y découvre des gorges étonnamment riches de verdures et de vie.

Revenus vers Alice Springs, la chaîne des McDonnell rompt la monotonie du désert. Pour parachever le folklore, on n’a pas laissé passer l’occasion de siroter quelques verres au saloon d’Alice Springs offrant un mélange étonnant de vrais cow-boys (ici on dit « stockman »), touristes organisés et cacahuètes gratuites à aller récupérer dans un cercueil !

Voilà sinon, on « traîne » nos derniers jours australiens dans la région de Perth en attendant impatiemment notre vol pour un retour vers l’Asie et Bali.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...